Retour

Blog

EP Rose JOUR #1 – Violence / Silence.

Une introduction

C’est drôle, mais avec Derrière Le Soleil j’essaye de pas trop suivre de règles ou plutôt de ne pas m’en imposer, et c’est pour ça que je commence le premier EP de DLS par un morceau qui n’en est pas vraiment un.

Déjà je connais pas vraiment les règles qui régissent la création des différentes disciplines que j’ai et vais intégrer dans ce projet ! J’écris, mais suis pas écrivain. Je fais de la musique, sans me considérer comme musicien. Faire des vidéos en ayant juste mes quelques années de cours de ciné d’il y a longtemps. Je suis un dessinateur débutant, qui n’a commencé à croquer que pour illustrer ses textes, ou évoquer des souvenirs. Sans parler de ce qui va venir dans les mois prochains où je sors plus que clairement de ma zone de confort…
Et secondo… je n’ai pas envie de connaître toutes ces règles. Il y a déjà tellement de choses qui me contraignent tous les jours dans la réalisation de ce projet que je compte pas prendre des cours de théâtre pour mettre en scène quelques passages de l’histoire sur de vraies planches ! Pas que je me sente un génie créatif ou que les métiers du théâtre soient simples et que n’importe quel gonze peut concevoir une pièce ! Plus que depuis le premier jour j’ai décidé que ce projet ça serait mon coeur mis à nu, et que la seule chose que je suivrais c’est ma passion et mon envie ! Ce qui peut et pourra expliquer pas mal de maladresses.

Ce que je veux faire c’est raconter cette histoire, un point c’est tout. Et même si souvent les doutes me tiennent, accrochent mes lacets entre eux juste pour le plaisir de me voir me péter la gueule et que je dis m’en foutre de l’avis des autres alors que non c’est pas complètement vrai (fin si, il y a des personnes je m’en cogne complètement par contre), j’essaye de continuer tous les jours de faire avancer tout ça.

J’ai conscience que j’ai mis plusieurs mois pour terminer l’Acte I, mais je préférais prendre mon temps plutôt que de lâcher un truc que je n’aimais pas, juste pour une contrainte de temps ! Et pourtant je compte plus les heures où je me suis tourné et retourné dans mon lit à m’en vouloir de dire que les chapitres allaient sortir alors que ce que j’avais prévu ne me convenait pas. Bref, tout ça pour dire que c’est enfin la fin de tout ça ! Que tout est quasiment prêt et que ça sera chouette je pense, car j’ai tout fait avec mon coeur.

Les commandes, livraisons et le tutti

Les livraisons commenceront la semaine prochaine, et une boutique sera mise en place pour les autres commandes.

L’EP six titres
Les chapitres de l’Acte I
Les nouvelles : Il nous restera le sable + L’ablation de l’appendice
Des illustrations + peintures originales, …

Le titre

Ce texte est à l’image du morceau, c’est une introduction !

C’est une introduction à l’histoire que je vous propose ! Si le premier chapitre propose de raconter cette histoire à l’ensemble des lecteurs et lectrices, dans ce morceau le texte invite à l’écoute par le prisme d’une seule et même personne, celle qui donnera le nom aux six morceaux. Derrière Le Soleil ce n’est pas qu’une histoire d’amour, c’est avant tout une histoire de combats. Mais c’est l’échec amoureux qui est le déclencheur de la suite.

J’ai enregistré ce morceau à l’hiver dernier. Après beaucoup de temps de réflexion pour savoir comment commencer cet EP j’ai finalement pris la méthode la plus minimale qui puisse être. Deux grattes, des accords qui tournent en boucle, comme toutes ces choses qui font du yoyo dans ma tête, et une guitare qui apporte une mélodie dérangeante et qui vient tordre encore un peu l’ambiance. Et deux voix, car dans le cas de l’Acte I, tout est une question de temps et de dialogues, ou de la recherche d’un dialogue. Donc il fallait ces deux voix, qui parfois n’arrivent pas à être parfaitement calées. Car si ça avait été le cas, c’est que ces deux voix auraient trouvé le parfait timing si cher à Wong Kar Wai. Et dès lors Derrière Le Soleil n’aurait pas eu à exister.

Pour chaque chanson, une illustration. Et c’est avec la mort en costume que j’aimerais commencer. Elle vous accueillera dans cette histoire pour vous faire visiter le théâtre de DLS. Et même si elle a pas l’air commode, elle ne vous fera rien. Ou pas tout de suite en tout cas. Alors faut pas avoir peur, essayez-vous et je vous souhaite une bonne semaine !